logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/01/2007

Organisation des lieux...

Continuons la visite…

Avant de poursuivre, je pense qu'il faut que je te décrive la topographie et l'organisation des lieux.
Certes, on ne les découvre qu'au fur et à mesure des déplacements. Il n'y a pas de visite "guidée"...
Souvent un « plus ancien » voit ton désarroi et te guide… Solidarité oblige…
Comme déjà dit, il y a une multitude de portes gardées, l'ouverture est électromagnétique (et bruyante) et commandée manuellement, de visu (c'est-à-dire que le surveillant qui ouvre une porte, la voit et voit qui arrive), sur chaque porte, il est rappelé que tu dois passer au kiosque (sorte de grande guérite vitrée où le surveillant se trouve), il est censé noter tous les mouvements (de son étage) sur un cahier et toi, tu dois t'identifier et dire où tu vas. Il est vrai qu'avec le temps, comme tu es "connu", les passages sont simplifiés et se font un peu par mime et signe à distance. De plus, comme les portes ne peuvent être ouvertes que l’une après l’autre, les déplacements se font donc lentement….
Mais comme nous avons tout le temps, ce n'est pas une grande servitude.
Pour la disposition des étages, il y a six niveaux, chaque étage est, en théorie, quasi-autonome et spécialisé. La circulation entre les étages est interdite.
Il y a deux étages "travailleurs", ceux qui travaillent aux ateliers de la prison pour "gagner" un peu de sous - surtout de la manipulation et du conditionnement (ex. : mettre des agrafes dans leur boîte...).

Les 3 autres se répartissent le reste qui est quelque peu trié, en raison de leur dangerosité et/ou de leur pays d'origine. Mais tout cela est théorique et très mal géré.
Certains étages sont réputés plus bruyants ou plus perturbés (bagarres fréquentes). Tout est fait pour que si deux gars sont dans la même affaire, ils ne puissent pas se rencontrer (mais je crains fort que ce ne soit qu'un voeu pieux).
Au RDC, il y a peu de détenus (des arrivants en soirée (première nuit), des cas ou des handicapés + le mitard (cachot) - 10 places + les auxi-services généraux) + surtout, des bureaux pour les gradés et les intervenants (travailleurs sociaux et autres).


1019 Jours de détention… en Maison d’Arrêt

Extrait de la correspondance adressée à ma fille, pour lui présenter mes conditions de détention et mon « nouveau » cadre de vie (voir aussi : Journée type – 06.01.07, La Bouffe – 08.01.07, Premier jour – 10.01.07)
Au fil des jours qui vont suivre, je vous mettrai sur ce blog, le texte de mon bouquin, n’hésitez pas à me mettre des commentaires, vos impressions, posez-moi des questions, il n’y en a pas d’indiscrète…

Le bouquin de Paul DENYS n’a pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous n’avez pas la patience de le découvrir au fil des jours, vous pouvez l’acquérir en envoyant un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à TOP SERVICES, 31 rue des Allemands à 57000 METZ. Pour 13 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4).


Sur chaque étage, il y a une bonne centaine de gars, en cellule de 1, 2 (beaucoup) ou 4 personnes (très peu).
Chaque cellule fait 9 m2 et est prévue pour 2, avec un lit superposé, une petite table (pour 2) de 50 x 70, une armoire avec étagères et penderie de 60 x 60 (pour 2), un lavabo, un WC, 2 chaises. Tu vois que c'est assez spartiate, et les m2 sont comptés. Il y a bien sûr une fenêtre de 2 m x 1,2 m, munie de barreaux et de fenêtres coulissantes (glissières) de 12 cm de large sur 60. Le chauffage se fait par le sol et est peu efficace. En théorie, les différents éléments (pas les chaises - type formica) sont fixés au sol.
Au centre de l'étage, l'escalier central du bâtiment, avec son kiosque et trois portes (l'entrée de l'étage + 2 portes pour casser l'étage), un très large couloir central de 4,5 m de large et de part et d'autre, les cellules. Sur l'étage également, une ou deux salles d'attente ou d'activités.

Il y a aussi, 3 blocs de 2 douches, 1 de 5 (certaines fonctionnent très mal - elles sont en cours de rénovation depuis x mois), quelques salles spécialisées pour tous les étages (bibliothèque, salle de lecture, coiffeur, jeux de société, aumônerie, etc…). Il y a au RDC, les salles de classe et informatique.
Il y a aussi des secteurs spécialisés et à part, en particulier, l'infirmerie avec beaucoup de pièces (pharmacie, radio, salle de soins, salle de visite médecins, salle d'attente, dentiste, ophtalmo, secrétariat, etc...). Il y a aussi un secteur cuisine + buanderie + stockage + secteur "femmes" (une vingtaine). Ce quartier-là, je ne le connais pas du tout. Il y a une autre aile du bâtiment avec un secteur psychiatrie + 2 étages pour les jeunes (13-17) + (18-21 ans). J'allais oublier le secteur "parloir", le plus près de la sortie (ou de l'entrée - comme on veut le voir...) avec une grande salle polyvalente qui sert de chapelle, salle de spectacles et cinéma + accès au parloir "familles" (boxe individuel ouvert de 70 de largeur x 100 de profondeur, avec une table pour séparer visiteur-visité), les visites sont limitées à 3 personnes qui ont sollicité et obtenu un permis de visite + 1 parloir dit "avocat" où ton avocat peut venir te voir dans un boxe "fermé".
Pendant 4 mois, j'ai été "logé" dans l'aile "jeunes" au 1er étage. Au 2ème, il y avait les "minous" - 13-17 ans, où tout est permis, très bruyant, avec un éducateur-surveillant - en fait, ils ont à peu près tout ce qu'ils veulent. Moi, j'étais à l'étage "JA"- Jeunes Adultes (18-21 ans), non pas parce que j'ai entre 18-21 ans, mais parce qu'il reçoit également (dans un fond de couloir) une dizaine de "vieux", très calmes, en raison de leur âge ou de leur origine sociale.

Ainsi donc, moi, je suis avec un ancien pompier et un ancien éducateur, nous sommes trois dans une cellule de 4 (nous en reparlerons).
Il y a aussi le secteur des travailleurs (auxi). En fait, les auxiliaires s'occupent de l'entretien général des parties communes (en fait des femmes-hommes de ménage) + services communs (cuisine, buanderie, etc...). Ce sont des détenus comme nous, mais qui travaillent et sont payés, selon l'emploi entre 110 et 190 Euros/mois. Ainsi, moi, je suis auxi "bibliothécaire-écrivain-documentaliste" - c'est ce qui est mis sur ma porte, en plus de mon nom et du n° d'écrou.
Voilà, pour la description sommaire des lieux, au demeurant assez neuf (datant de 1979), en état moyen (sauf les sanitaires qui, depuis longtemps, auraient mérité la rénovation en cours...), assez lumineux - beaucoup de panneaux (murs) sont vitrés par l'alternance de bande béton + bande vitrée (de 12 cm de large).

Commentaires

Paul, bonjour,
Merci pour le récit de ton expérience de vie dans les murs de cette prison. Je pense que ton récit intéressera certainement beaucoup d'amis blogueurs et que tu trouveras un éditeur pour publier tes pages.
Je t'ai intégré dans le petit tour de la bloguerie, que j'ai entrepris sur mon blog depuis une dizaine de jours, en faisant une petite strophe sur chaque blogueur.
J'espère que ça t'amènera beaucoup de visites et de commentaires.
Très amicalement
Jean-Louis

Écrit par : jean-louis | 12/01/2007

A Jean-Louis,

Merci pour tes bons vœux… de réussite.

En ce qui concerne l’éditeur… je suis très découragé…
Nous avons écrit et envoyé un exemplaire « pré-édité » à 38 éditeurs… Aucun ne l’a retenu.
A ce jour, je crois savoir (comprendre) pourquoi : Il n’a pas « vocation » de faire scandale, il ne se veut que « réaliste ». Ce qui veut une « majorité », c’est la sensationnel » et le croustillant. Dans mon bouquin, c’est du vécu… c’est du quotidien… c’est du vrai…
Mon souhait n’est que de faire connaître cela, au plus grand nombre, et en particulier, à tous ceux qui sont, de près ou de loin, « touchés » par la prison (famille, magistrats, éducateurs, etc…)

Paul DENYS, 13/01/2007

Écrit par : Paul Denis | 13/01/2007

A te lire, je reconnais bien la Maison d’Arrêt de Metz… J’ai été à 3 dans une cellule de 2, c’était un peu à l’étroit mais je dois avouer que pour délirer, à 3, c’est mieux.
Au niveau hygiène, c’était un peu crade – lavabo fêlé, qui fuyait, WC sans cloison, c’est un peu osé et désagréable même devant ses potes.
Après, il y a eu une cloison pour cacher le WC et le lavabo…mais les odeurs restent… et comme on est enfermé 24h/24… toujours ensemble, on a pas le choix… quand il faut y aller, il faut y aller, tu piges ??????
De Alex, le 21/01/07

Écrit par : Alex | 21/01/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique