logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/03/2007

4 mois en Meuse...

"Mon" unité (25 gars maxi, en ce moment 24) est calme et mixte (jeunes et vieux), pas de tête de turc, pas de conflits, une bonne ambiance et une bonne entente, un respect mutuel et pas trop de "quémandeurs"… Bref, ce que l'on peut souhaiter de mieux, et ce, d'autant plus que malgré le mélange "français + étrangers", l'entente et la propreté sont de rigueur… Pourvu que cela dure…
En ce qui me concerne, mes journées sont bien occupées avec mon emploi d'écrivain. J'ai, donc, repris une activité qui me convient… et m'intéresse.
Par rapport à Metz, c'est plus intéressant, dans la mesure où il y a moins de courriers répétitifs, et plus de courriers "personnalisés", du type "lettre de motivation" qui nécessite un peu de réflexion et un dialogue avec l'intéressé.
En règle générale, mes "clients" savent ce qu'ils veulent dire, mais ils ne savent pas comment cela doit être dit et c'est là que j'interviens, pour mettre "en forme" leurs souhaits. Je ne fais pas de censure.

Nous avons annoncé "ma présence", à travers le bulletin interne du CD, des affichettes ont été mises sur le panneau d'affichage de chaque unité, l'information est passée auprès des travailleurs sociaux et du centre de formation et le bouche à oreille fonctionne bien…
En plus de cette activité, à temps plein, j'ai accepté d'être aide-auxi (bénévole) d'unité pour aider l'auxi en place (rémunéré) et ma "fonction" se limite à l'aider lors de la distribution des repas… Nous sommes passés "au tout barquette" pelliculée – normes européennes exigent, paraît-il !
L'inconvénient, ma nouvelle fonction me prend un peu de temps, à un moment de la journée où, en général, j'étais tranquille et "isolé" : autour des repas (avant et après). L'avantage : nous nous partageons les "restes", ce qui me permet d'exclure de mon alimentation ce qui ne me convient pas trop et de choisir ce qui me plait le plus, et ce, je l'espère, en ne provoquant pas une reprise de poids… (j'ai déjà perdu 10 kgs, encore 5, serait bien…).
Comme autres activités, je suis pris, presque chaque jour de 17h à 18h15, par une activité "pour moi"… Ce qui fait que tout compte fait… je suis bien occupé.
Il n'en demeure pas moins que j'essaie d'écrire, très régulièrement à vous, mes enfants, … et, parfois, le week-end, … à mes correspondants… Je ne laisse pas de lettre sans réponse, mais parfois, je tarde, car j'essaie de respecter l'ordre de réception…
En fait, ce sont la TV et la lecture qui souffrent le plus de mon activité… effrénée… qui a le pouvoir d'occuper mon temps… mais ai-je d'autres obligations…


1019 Jours de détention… en Maison d’Arrêt
Extrait de la correspondance adressée à ma fille, pour lui présenter mes conditions de détention et mon « nouveau » cadre de vie (voir nos précédents échanges : index sur la journée du 14 janvier 2007, sur la journée du 21 janvier : un lexique vous donne quelques définitions de termes qui méritent une explication et/ou un commentaire).
Au fil des jours qui vont suivre, je vous mettrai sur ce blog, le texte de mon bouquin, n’hésitez pas à me mettre des commentaires, vos impressions, posez-moi des questions, il n’y en a pas d’indiscrète…

Le bouquin de Paul DENYS n’a pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous n’avez pas la patience de le découvrir au fil des jours, vous pouvez l’acquérir en envoyant un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à TOP SERVICES, 31 rue des Allemands à 57000 METZ. Pour 13 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4).



Ici, nous arriverons (bientôt) au maxi : 400, et ce, en tenant compte des sorties (-20) et entrées (+45) par mois, au courant de l'été, si mes calculs sont justes.

Pour moi, cela ne devrait pas changer, au quotidien, grand chose.
Mais pour ceux qui veulent travailler ou aller en formation (stage rémunéré), cela va être plus difficile (délicat), car il semble que le "travail" commence à manquer… C'est souvent par à-coups (heures en plus + samedis), avec des périodes "sans travail du tout"…
Mais quand ils travaillent, ils sont mieux payés qu’en maison d’arrêt (200 à 500 euros/mois), mais ils se plaignent de la cadence et de longues journées (7 heures). Cela ne laisse pas de place pour d'autres activités…sport, détente, cuisine…
Si le travail manque, l'ambiance va s'en ressentir… plus d'énervement, moins d'argent, et comme beaucoup ne savent pas "s'occuper", plus de bêtises, en vue…
Heureusement qu'au niveau "sport", le CD est bien équipé, c’est peut-être insuffisant, mais le matériel semble de qualité. Nombreux sont ceux qui y vont et l'activité fonctionne par roulement du matin jusqu'au soir (18h15).
Pour ce qui est de la promenade (je n'y vais que, parfois, lorsque je trouve un compagnon de "marche", avec lequel je pourrais marcher (tourner en rond), en échangeant nos opinions sur les évènements du jour et sur nos vies, en confiance…), il y a deux cours (1 par bâtiment d'hébergement, donc pour 200 gars). Elles sont 4 à 5 fois plus grandes qu'à Metz (soit la surface d'un terrain de foot) avec bancs (en béton), un peu d'herbe, un préau avec une table de ping-pong (béton) et WC.
Ici, je suis obligé de faire pas mal de déplacement (à l'air libre), puisqu'il n'y a aucune activité (et services) dans les bâtiments d'hébergement, il faut donc, sans cesse, se déplacer, d'un bâtiment à l'autre, pour participer aux activités…

Au fait que, chaque fois, je prends un peu d'air, tu rajoutes que nous avons (en cellule) une grande fenêtre qui s'ouvre à 100 %, avec vue sur la campagne, donc mon besoin de m'échapper à l’extérieur, se fait moins sentir……, d’où mon « parfois, je vais en promenade ».

Rappel : les activités (donc la promenade) sont les seuls lieux où l’on peut discuter « longuement » avec un autre détenu qui n’est pas de son unité.

A propos de mon avenir… rien de neuf, pour le moment ; pour moi, le mieux est d'attendre et de m'occuper du moment présent, au mieux de mes intérêts, et, en ne tirant pas de plan sur la comète… "A chaque jour, suffit sa peine"…
Il est vrai qu’il est important de "se" prendre en charge. Ici, on cultive l'indépendance et la prise en responsabilité. Tu choisis, on accepte, et tu décides… Ainsi, il suffit de s'inscrire à une activité (ou travail) pour y participer… C'est à toi de le prévoir dans ton emploi du temps, comme ta porte est ouverte (en permanence), c'est à toi à ne pas "louper" l'heure…
Il est vrai que si tu "refuses" plusieurs fois (sans motif valable) d'aller "travailler" aux ateliers… ensuite, tu disparais de la liste des "autorisés" et, il est évident que pour t'y faire ré-inscrire, ce n'est pas facile…
C'est pareil pour les auxi. Une fois que tu es en place, il faut faire "correctement" ton boulot.
Ici, tout est fait pour que tu y sois bien.
Ce n'est que ton attitude qui peut t'empêcher de profiter de la "libre circulation"… et celui qui est remis en régime "semi-ouvert" (ouvert les après-midis) ou "fermé" (comme en Maison d'Arrêt), se trouve doublement frustré.

En effet, il subit un régime différent des autres et voit la "liberté" des autres… mais il faut reconnaître qu'en étant "objectif", c'est sa propre attitude qui l'a remis dans ce régime et sa situation est revue, chaque quinzaine, en commission d'affectation… donc, rien n'est définitif… mais il est sûr que pour certains, se prendre en charge, c'est dur.

Commentaires

Comme quoi l'Homme a une faculté d'adaptation extraordinaire.
Je lis ce récit, et j'ai l'impression de voir vivre un homme actif d'une façon "ordinaire", dans un milieu qui pourtant ne l'est pas !

A bientôt...

Écrit par : Crabillou | 07/03/2007

Oui, l’homme s’adapte… aux pires situations. Dans de nombreux cas, c’est tant mieux… Dans d’autres cas, grâce à cette adaptabilité de l’homme, les moments désagréables s’estompent… Ma vision de la prison, est, dirons-nous, assez optimiste… bien que réaliste… c’est pour cela que souvent je me dis que ce n’est pas la peine qu’il fallait m’affliger ou affliger à tel ou tel gars… Si mes juges lisent mon bouquin, ils vont peut-être penser cela… et ils n’auront pas tort.
En effet, avec ma personnalité (que personne ne prendra) et mon éducation et mon cœur (que personne ne prendra), j’ai su tirer le meilleur de ce que ce lieu pouvait m’apporter et mon seul objectif a été d’être et de rester « utile » à mon semblable…, en homme « ordinaire ». La veille de ma libération, je faisais encore des courriers pour des détenus… (alors que je n’étais plus écrivain), après ma sortie, j’ai encore envoyé des brouillons de lettre à un détenu que je voulais aider à obtenir une libération conditionnelle…
Ma seule tristesse, mon seul regret, c’est d’avoir mis ma famille (femme et enfants) dans une situation pénible et difficile qu’ils ne méritaient pas… Et là, de nouveau, on peut dire que la Justice ne punit pas ceux qu’elle doit punir… et, pour moi, c’est grave… car de nombreuses familles ne s’en remettent pas et cela fait des exclus de la société…
De Paul Denis à Crabillou, le 8 mars 2007 à 8 h 40

Écrit par : Paul Denis | 08/03/2007

Du vécu ,un témoignage ! salut pour ton courage!

Écrit par : ventdamont | 09/03/2007

Tu as raison, ce n’est qu’un témoignage sur du vécu… Je n’ai rien voulu faire d’autre… et je crois, sans fausse modestie, que nous y avons réussi, puisque les lecteurs-visiteurs sont de plus en plus nombreux et ceux qui y arrivent par hasard… y reviennent.
Mon objectif est en train de se réaliser…. Informer, faire vivre à ceux de dehors ce qu’est la vie, en dedans de nos prisons françaises… et cela sans objectivité, car chacun vit SA détention…
J’aurais aimé être en librairie, pour « toucher » le plus grand nombre… A ce jour, je m’efforce de trouver des bonnes volontés et des liens e-mail pour faire connaître ce site… mais cela restera de l’artisanat… hélas…
Cela m’attriste d’autant plus que j’ai conscience qu’il est utile…et que personne ne m’a dit que mon « témoignage » était choquant…
De Paul Denis à Ventdamont,le 10 mars 2007 à 13 h

Écrit par : Paul Denis | 10/03/2007

RAS, toujours aussi cool l’écrivain, et bien dans ses pompes… Un régal pour moi de te lire, je ne savais pas qu’on pouvait parler/raconter aussi bien, sur un lieu aussi infect… que j’ai quitté sans regret… A des moments, en te lisant, je me dis, ce type, quand il va sortir, il va regretter la prison, il y était si bien…. Je rigole, mais t’es trop cool, vieux.

De Alex, le 11 mars 2007

Écrit par : Alex | 11/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique